header banner
Default

En 2010, Fernando Alonso perdió el campeonato mundial de F1 al no poder doblegar a Vitaly Petrov


14 novembre : Incapable de doubler Vitaly Petrov, Fernando Alonso perd le titre mondial de F1 en 2010

VIDEO: Fernando Alonso's toughest rival: Vitaly Petrov (2010 Abu Dhabi)
Guidest

Mardi 14 novembre 2023 par René Fagnan

Fernando Alonso est passé à un cheveu de récolter un troisième titre de Champion du monde de Formule 1 lors de la finale de la saison 2010, le Grand Prix d’Abou Dhabi disputé le 14 novembre. Avant cette épreuve ultime, Alonso était sur une lancée. Au cours des huit courses précédentes, il avait remporté quatre victoires, une deuxième place et deux troisièmes places.

Au classement des pilotes, Alonso menait avec 246 points. Mark Webber de l’écurie Red Bull Racing était second avec 238, suivit par son coéquipier, Sebastian Vettel, avec 231 points et Lewis Hamilton de McLaren avec 222. Ces quatre pilotes disposaient d’une chance mathématique d’être couronné champion, car le barème de points était identique à ce qu’il est aujourd’hui.

Durant la semaine précédant la course d’Abou Dhabi l’écurie Red Bull Racing répète qu’elle n’imposera pas de consignes à ses pilotes. Sur la grille de départ, on retrouve Vettel en pole position à bord de sa Red Bull RB6-Renault. Il devance Hamilton sur sa McLaren MP4/25 Mercedes, Alonso à bord d’une Ferrari F10, Jenson Button sur McLaren et Webber sur Red Bull. Tout ce beau monde est groupé en une petite demie seconde.

En réalité, l’issue du championnat se joue dès le premier tour de la course. Michael Schumacher effectue un tête-à-queue et sa Mercedes est ensuite percutée par la Force India de Tonio Liuzzi, ce qui provoque l’intervention de la Voiture de sécurité. À ce moment, six pilotes, dont le Russe Vitaly Petrov qui pilote une Renault R30, en profitent pour entrer aux puits et faire chausser un train de pneus durs. Petrov peut donc disputer toute la course sans devoir s’arrêter de nouveau. Et c’est cela qui va jouer un rôle crucial dans la course au titre.

Ferrari contre Renault

Tandis que Vettel mène la course, Webber manque cruellement de rythme. Il roule en sixième position quand son équipe le fait rentrer au 11e tour pour chausser un train de pneus neufs. Comme Webber, Alonso a opté pour un arrêt au puits précoce. L’Espagnol s’arrête au 15e tour. Il rejoint la course en 12e place devant Webber, mais derrière Nico Rosberg (Mercedes) et Vitaly Petrov.

Tout le monde croit que la Ferrari ne fera qu’une bouchée de la Renault. Mais non… Par radio, l’ingénieur de Petrov lui confirme qu’il bataille pour une position légitime avec Alonso. En même temps, la Scuderia Ferrari indique à Alonso qu’il doit vite doubler la Renault.

Si l'on tient compte des voitures qui les précèdent et qui ne se sont pas encore arrêtées pour des pneus, cela signifie qu'en réalité Alonso est sixième alors qu'il doit terminer quatrième pour remporter le titre.

Les tours passent et la Renault jaune demeure obstinément devant la Ferrari rouge. Alonso tente bien à un moment de piquer Petrov au freinage, mais il n’y parvient pas et encrasse ses pneus en roulant hors-trajectoire. L’ingénieur d’Alonso le motive : « Je sais que tu fais de ton mieux, mais il faut absolument passer Petrov… » Rien n’y fait : la Renault est plus rapide que la Ferrari sur les lignes droites.

Alonso demande par radio à son équipe si Petrov doit s’arrêter pour des pneus. Son ingénieur lui rappelle que le Russe s’est arrêté en début de course et qu’il va rejoindre l’arrivée sans s'arrêter à nouveau.

La lutte entre les deux dure 39 tours. Les deux bolides sont comme soudés l’un à l’autre, mais la Ferrari est incapable de doubler la Renault. Vettel gagne la course et termine devant Hamilton et Button. Alonso n'a pas réussi à dépasser Petrov et termine septième, ce qui offre le titre mondial à Vettel avec une avance de quatre points, 256 à 252. Vettel devient ainsi le plus jeune Champion du monde de F1.

Dans le Parc Fermé, le personnel de Red Bull Racing applaudit Petrov pour avoir retenu Alonso derrière lui durant toute la course. Chez Ferrari, les mines sont basses, mais Alonso accepte son sort, même si la déception est amère.

Sources


Article information

Author: Julia Orr MD

Last Updated: 1702586403

Views: 1112

Rating: 3.6 / 5 (109 voted)

Reviews: 97% of readers found this page helpful

Author information

Name: Julia Orr MD

Birthday: 1995-10-15

Address: 8459 Johnson Junction, Bryantchester, VA 73716

Phone: +3514612828308594

Job: SpaceX Engineer

Hobby: Telescope Building, Billiards, Skateboarding, Snowboarding, Fencing, Crochet, Tennis

Introduction: My name is Julia Orr MD, I am a ingenious, important, apt, vivid, Adventurous, candid, Determined person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.